vusurleweb.fr

 Newsletter: 

Pacific Rim, ce film est un rêve pour tout otaku qui adore les gros monstres mutants ( depuis les premiers films Japonais de  Godzilla aux plus récents Coréens comme The Host) affrontant en face d’énormes mechas, ces robots japonais géants, mais vu par un réalisateur américain.

Les films de robots, on pense à Transformers aux USA mais c’est surtout dans la culture des anime japonais & films que l’on retrouve toute l’inspiration : Ultraman, Mazinger Z, Goldorak, Patlabor, Sakura Taisen, Vandread, Evangelion, Gundam, macross, escaflowne, rahxephon,  et autres nombreuses références issues du jeu vidéo – qui n’a pas pensé à l’une des invocations issues de la série Final fantasy pour les monstres (avec bahamut par exemple) , ces Kaijū (怪獣, Kaijū, « bête étrange » ou « bête mystérieuse ») de Pacific Rim.

Certains personnages comme celui joué par Ron Perlman avec ses bottes à l’armature dorée, totalement irréaliste a le ridicule mais attachant côté des personnages secondaires japonais. Ne nous y trompons pas, le film reste un spectacle à grand spectacle américain : les échanges entre personnages relèvent plutôt des films de série B par moments.

le meilleur film d’action de robots dans un genre mecha-scifi-cyberpunk qu’il n’y jamais eu jusque là ?

Guillermo del Toro ne s’en cache pas, ce film est un défouloir pour tous ceux qui adorent le genre; est-ce cependant le meilleur film d’action de robots dans un genre mecha-scifi-cyberpunk qu’il n’y jamais eu jusque là ? Si le film est perfectible ci et là, c’est en tout cas une superbe claque visuelle, de couleurs et de réalisme sans précédent. La 3D est efficace et réellement immersive sans être perturbante. L’immersion dans un combat titanesque est bien réelle. Les combats sont longs et ne sont pas avares de détails, d’effets, de situations différentes (sur l’eau, dans l’eau, dans la ville…) qui en font un véritable choc cinématographique. Jamais de telles scènes n’avaient été vues jusque-là.

Pacific-Rim

Des influences très connues et évidentes mais réfutées par le réalisateur.

Pacific Rim, c’est – pour moi en tout cas – une adaptation « cachée » et adaptée à l’américaine d’une série japonaise référence en la matière qui a redéfini le genre: Neon Genesis Evangelion. Sortie en 1995, cette série regorgeant de références religieuses, symbolismes et autres combinaison humain-monstre-animal, a largement marqué les japonais et l’univers des grands robots pris dans un combat infernal pour sauver l’humanité dans un cycle de destruction du monde ressemblant à un jugement dernier. Les  similitudes avec cette série sont bien trop grandes pour ne pas y voir une adaptation allégée et passée au filtre du cinéma hollywoodien. Surtout que depuis 10 ans, les fans désespèrent voir une véritable adaptation au cinéma, projet arrêté depuis longtemps maintenant semble-t-il.

Si Evangelion avait des profondeurs dramatiques qui n’ont pas plus forcément à tous, Pacific Rim balaie tout cela et s’en tient à un film d’action. Quitte à ajouter par le vide quelques mauvaises scènes, et répliques ridicules, mais on oublie très vite. Il n’en demeure pas moins que certains plans, situations ou séquences, sont une copie conforme, traits pour traits, de la série.

Guillermo del Toro a réfuté l’idée qu’il s’agissait d’une adaptation et qu’il s’en était inspiré, mais soyons fair, Mr Del Toro, si vous avez vos raisons de ne pas l’avouer (questions de droits, ou autre.. ), tous les fans de mechas vous remercieront d’ avoir fait un superbe et magnifique hommage à 40 ans de créations et de fantasmes du genre, malgré vous, donc. Soit.

Quelques images d’Evangelion  (cliquez sur l’image pour la voir en plus grand) :

evangelion-pacific-rim-2 Neon.Genesis.Evangelion evangelion-cinema evangelion-pacific-rim

Top 3 des sorties ciné à venir
Un drive-in à Paname !
On a regardé pour vous… EDEN, de Mia Hansen-Løve

Comments are closed.